9

Prismaflex, retour en croissance ?

by

prismaflex0_maryna-cotton_photowise-4_web-2-200x200Après une incursion dans une activité amusante, avec Xilam, je reviens aujourd'hui dans un secteur pas vraiment glamour. Des gros panneaux de 4x3 m comme cadre de vie, hum hum. Par contre le potentiel boursier de cette société me semble possiblement important. 

Présentation

Prismaflex International (ALPRI) est un groupe français proposant des supports d’affichage de tout type : panneaux urbains à affiches, panneaux lumineux, abri-bus, colonnes urbaines, panneaux d'intérieur posés ou suspendus… C'est donc à la fois un fabricant de panneaux publicitaires et un imprimeur numérique grand format. Ces deux activités représentent chacune près de la moitié du chiffre d’affaires. Présent commercialement dans plus de 120 pays, le groupe est implanté industriellement en France, Espagne, Royaume-Uni, Suède, Allemagne, Canada, USA et Afrique du Sud.

J'ai redécouvert cette société un peu tard, vers mi-décembre, et n'ai commencé à acheter des actions que quand le cours avait déjà quasiment doublé depuis ses plus bas, soit à 13 euros, cours de référence de l'article.

Actionnariat 

La société a été créée en 1988. Le PDG et le DG actuels, Pierre-Henry Bassouls et Philippe Delmotte, en sont les deux fondateurs. Les actionnaires principaux sont :

  • Financière JPN Fixations [Bassouls et Delmotte] 29,55 %
  • CM-CIC Investissement 14,35 %
  • Famille Villa 10,58 %
  • Autocontrôle 5,34 %.

J'aime cette situation où les dirigeants ont une forte participation mais ne sont pas majoritaires.

Pour être tout à fait complet, remarquons que le PDG a vendu des actions de mi-avril à septembre 2016. Entre août et septembre 2016, il en a notamment vendu environ 7000. Mais, comme le faisait remarquer Peter Lynch, il ne faut pas s'inquiéter des ventes des dirigeants. On l'a bien vu en 2016, avec le PDG de Xilam qui a vendu des actions à 4 € avant que le cours ne monte à 13 € maintenant. Cette nouvelle avait failli me faire alléger ma position et je me suis ravisé.

prismaflex3_graphit_mc-donald_genay_aout-2014-1-200x200 prismaflex2_scrollereye6malarabiasaudiarabia2013_2-200x200 prismaflex1_diecast-boulanger-oct-2015-200x200

 Quelques exemples de panneaux fabriqués par Prismaflex.

Les états financiers

Le rapport pour l'exercice annuel clôturant fin septembre 2016 nous donne les indications suivantes sur le bilan :

  • Actifs nets = 13 M€
  • Actifs nets tangibles = 5,7 M€
  • Actifs totaux = 38 M€
  • Dette financière nette = 7 M€
  • Nombre d'actions = 1,19 M
  • Capitalisation = 15,5 M€ (à 13 € l'action)
  • EV = 22,5 M€.

La capitalisation est supérieure aux capitaux propres. A 13 € l'action, il n'y a donc a priori pas de sous-évaluation du cours de bourse par rapport à la valeur du patrimoine. Par ailleurs la solvabilité est faible (CP/Actifs= 34 %) mais on va voir que la dette est soutenable.

Le compte de résultats donne en effet :

  • CA = 50 M€
  • EBITDA = 2,5 M€
  • Résultat net = -0,62 M€
  • Cout annuel de la dette = 0,32 M€
  • EV/EBITDA = 9
  • Dette nette/EBITDA = 3
  • EBITDA/Coût dette = 8.

En l'état actuel, le coût et le principal de la dette sont donc largement soutenables. La capitalisation est faible relativement au CA, seulement un tiers. En terme d'EV/EBITDA, la société n'est ni spécialement bon marché ni extrêmement chère. La société semble être en situation assez stable : sur les 5 dernières années, le CA est resté proche de 50 M€, avec un minimum à 47 et un maximum à 59.

Rien de très passionnant pour l'instant, ni dans un sens ni dans un autre. Si je me suis intéressé à Prismaflex, c'est en raison des dernières annonces.

Dernières annonces

Le 20 octobre, la société a annoncé un mauvais premier semestre, avec une perte de 1 M€. Cela a conduit la direction à la mise en place d'un plan d'économie. Surtout, l'annonce encourageante pour le groupe a porté sur son carnet de commandes. Majoritairement composé de commandes "cadres" (supports), il  est en forte croissance et atteint 15,12 M€ à fin septembre contre 5,85 M€ un an plus tôt à la même période. Il bénéficie notamment d'une commande de panneaux leds d'un afficheur allemand de référence et d'une commande provenant de Russie. Source d'espoirs supplémentaires, c'est dans ce pays que va se dérouler  la prochaine coupe du monde de football en 2018, et on voit bien les commandes potentielles que cela peut générer. Enfin, un partenariat avec Derichebourg a été conclu, qui permettra à Prismaflex, si j'ai bien compris, de répondre aux marchés publics plus directement.

Conséquence ?

Suite à ces déclarations et à la hausse du titre qui a suivi, j'ai essayé d'évaluer l'impact de commandes supplémentaires. J'ai commencé par me demander comment évoluent le résultat net et le FCF lorsque le CA varie.

Sur les 5 dernières années, on s'aperçoit que les charges sont à peu près constantes lorsque le CA évolue, sauf une ligne, les achats consommés. Conséquence : une variation de CA engendre une forte variation de résultat. Après avoir examiné les résultats sur 5 ans, il me semble que les paramètres de ces variations sont relativement stables. Le point d'équilibre (résultat net nul) se réalise pour un CA de 50 M€ environ. Et une variation de 9 M€ de CA autour de 50 M€ se traduit par une variation de 3 M€ du résultat net et de 2 M€ du FCF (toutefois, pour le FCF, la variabilité est forte).

Donc, si jamais le supplément de commandes se transforme en supplément de chiffre d'affaires sur un an (hypothèse bien sûr fausse mais qui donne un ordre de grandeur), par rapport à un chiffre moyen de 50 M€ (même s'il sera peut-être inférieur cette année), c'est-à-dire si le CA est de 60 M€ en 2017, alors on peut penser que le résultat net sera de 3,3 M€, soit un BNPA de 2,75 €. Avec un PER de 10, on arriverait à une valorisation de 25-30 €, soit un doublement par rapport à mon premier achat.

Conclusion

Cet achat n'a rien de mes investissements usuels deep value. Ici on est plutôt dans ce qu'on appelle en franglais, une recovery. Une société qui retrouve ses couleurs. Cela n'a rien de certain, mais semble bien parti. A l'heure actuelle, on ne peut pas savoir ce que vaudra Prismaflex dans un an (sa valeur, pas son cours de bourse), mais d'après le carnet de commandes, la tendance est bonne. Un achat légèrement spéculatif mais asymétrique.

Je détiens des actions ALPRI avec un PRU de 14 € 13 €.

Avertissement

Suite à l'incroyable performance de Xilam, certains investisseurs pourraient être tentés de me suivre aveuglément. Je le déconseille. Ayant moi-même subi des pertes importantes avec un telle stratégie, je sais de quoi je parle. En tout état de cause, quand je suis quelqu'un à l'aveugle, c'est maintenant sur des parts minimes de mon portefeuille.

JL - 10 janvier 2017.

Print Friendly

petrus_favicon_lpl_couleur_rogne

21

Reporting décembre 2016

by

brueghel_lancien_les_chasseurs_dans_la_neige

C'est peut-être parce qu'en ce début 2017 nous nous languissons de l'arrivée de la neige, que j'ai choisi ce tableau de Pierre Brueghel l'Ancien, Les Chasseurs dans la neige, peint en 1565. Cette oeuvre est représentative de la renaissance flamande et iconique des paysages sous la neige. Du point de vue historique, elle illustre une conséquence du petit âge glaciaire, épisode de grand froid en Europe qui dura 6 siècles, et qui aux Pays-Bas fut particulièrement intense durant l'hiver 1565. Chaque époque a ses questionnements, et Brueghel ne se doutait pas des problèmes qu'allait générer le futur réchauffement anthropique.

Pour 2016, coté bourse, commençons par les nouvelles du mois avant les réflexions annuelles.Continuer la lecture →

Print Friendly

petrus_favicon_lpl_couleur_rogne

5

The big short, le livre

by

the_big_short_le_livre

Vous connaissez quelqu'un que le monde de la finance passionne (au minimum vous). Alors pour Noël offrez-lui le DVD du film, ou le livre, The big short. Le film, j'en ai déjà parlé. Il raconte comment plusieurs gérants de hedge funds ont su prévoir la crise des subprimes et parier dessus. Que vaut le livre ?

Le film est une version courte du livre, qui fait 376 pages : on retrouvera dans le livre tout ce qu'on a vu dans le film, mais on y trouvera aussi plus de détails. Michael Lewis a une écriture plutôt agréable et s'est beaucoup documenté. Il n'est guère étonnant que quelqu'un ait voulu en faire un film.

Bref, ce livre sur la crise des subprimes m'a intéressé quasiment autant que le film.

Michael Lewis avait déjà écrit un livre, sur son expérience dans la banque, qui avait eu un certain succès. Il écrit à propos de cet ouvrage (p. 17), cette confidence qui m'a touché :Continuer la lecture →

Print Friendly

petrus_favicon_lpl_couleur_rogne

9

Reporting octobre-novembre 2016

by

bnf_65_salle_ovale

Pour une fois l'oeuvre du mois est architecturale. J'ai été séduit par la photo de la salle ovale de la BNF-site Richelieu. Voici un but de visite lors d'un prochain passage à Paris. On peut aussi faire un don pour la rénovation du site.

Du côté des marchés, l'observation du mois a été (une fois de plus) l'aspect moutonnier des acteurs de marché. D'après les analystes : 1. Jusqu'au jour de l'élection, Trump ne devait pas être élu 2. Son élection serait une catastrophe. Le lendemain, et les semaines qui ont suivi, alors que les marchés montaient, tous les analystes se sont succédé pour nous expliquer pourquoi l'élection de Trump était une bonne nouvelle pour le business et donc les marchés. CQFD.Continuer la lecture →

Print Friendly

petrus_favicon_lpl_couleur_rogne

1

Buffett et Cie

by

buffet_poulinBuffett, Buffett, et encore Buffett ! Pierre-Luc Poulin a recensé 50 livres "écrits sur Buffett"[1]. Et il en ajoute un. Est-ce utile ? Oui, pour quelqu'un comme moi qui ne prends guère plaisir à lire l'anglais.

Comme il l'écrit en quatrième de couverture, "ce livre n'est en rien une biographie, il s'attarde plutôt sur des concepts propres à Buffett que chaque investisseur, petit ou grand, peut comprendre et mettre en application pour mieux investir."

Je me suis toujours demandé si quelqu'un avait déjà vérifié que le cas Buffett n'était pas juste le résultat de la loi des grands nombres, un représentant de la "queue de la gaussienne". Avec tous les investisseurs dans le monde, il n'est peut-être pas si improbable que quelques-uns gagnent beaucoup, sans pour autant que ce soit dû à un talent exceptionnel. Continuer la lecture →

Print Friendly

petrus_favicon_lpl_couleur_rogne

 

 

  1. En fait, il n'a visiblement comptabilisé que les livres écrits en anglais. []
37

Prodware : achat d'initié

by

prodware1Vous savez que j'affectionne particulièrement la stratégie deep value, qui consiste à acheter une société pour ses actifs bradés. Pourtant, au gré des opportunités, je sors parfois de ce processus ; d'autres stratégies ont fait leurs preuves. C'est ainsi que j'ai acheté LNC à 12 € début 2015, puis renforcé à 18 € début 2016. Quelles étaient les arguments ? Les conseils de deux copains, et surtout le constat que les dirigeants/actionnaires principaux achetaient continûment les actions depuis plusieurs années, continuant encore à 18 €, puis à 27 €. C'est la raison pour laquelle j'ai gardé toutes mes actions jusqu'à récemment. Ce que tout le monde attendait depuis longtemps est finalement arrivé cette semaine. Les actionnaires de référence proposent une OPAS (offre publique d'achat simplifiée) à 35 € c'est-à-dire qu'ils vont racheter leurs actions aux actionnaires qui le souhaitent. La prime est d'environ 20 % sur les derniers cours de bourse. Étant donné les derniers résultats et les prévisions, le prix ne semble pas cher. Mais ce n'est pas la question ici. Le point que je voulais mettre en avant est la stratégie "achat d'initié" qui consiste à considérer comme un critère positif, parfois essentiel, le fait que les initiés achètent les actions de la société. Pour les nouveaux arrivés en bourse, sachez que "initié" n'est pas un gros mot : il s'agit des administrateurs, dirigeants, cadres ou toute personne qui a accès à des informations privilégiées sur l'entreprise.

 La stratégie "achat d'initié" 

Continuer la lecture →

Print Friendly

petrus_favicon_lpl_couleur_rogne

9

Le livret A rapporte 3 %

by

Voici un nouvel article de la série "revue de presse", extrait du Canard Enchaîné du 21/09/16.

La mesure gouvernementale dont il est question est entrée en vigueur cette semaine, c'était donc le moment d'en parler. Il s'agit de tenir compte du patrimoine dans les critères d'attribution des APL (aides au logement). Avec un principe assez surprenant : les économies sur livret d'épargne sont comptabilisées comme si elles rapportaient 3 % par an. Alors que le taux du livret A est actuellement de 0,75 %. Ils sont forts, quand même.

20160930191255010_0001-copie-1Continuer la lecture →

Print Friendly

petrus_favicon_lpl_couleur_rogne

10

Reporting septembre 2016

by

delatour_stjeromeAvez-vous remarqué que c'était la saint Jérôme cette semaine ? Pour l'occasion, voici une illustration de Saint Jérôme (347-420 ap. J.C.), considéré par les catholiques comme un des Pères de l'église et peint par Georges de la Tour (1593-1652), maître du clair-obscur. On dit, mais les historiens ne sont pas tous d'accord sur ce point, qu'il a voulu ici représenter Saint Jérôme déchiffrant un rapport annuel de Xilam.

Ce mois-ci a été beaucoup moins ennuyeux que les précédents, il y a eu des nouvelles et des mouvements de portefeuille intéressants.

J'aimerais tout d'abord revenir sur les opérations réalisées en décembre-février dernier sur les compagnies pétrolières Chesapeake Energy (CHK) et Vanguard Natural Resources (VNR). Après avoir acheté des obligations CHK au prix de 60 et VNR à 53 en décembre, j'ai acheté en février quelques options call VNR et tenté d'en acheter des CHK mais n'ai pas été servi. Que s'est-il passé ensuite ? Les obligations ont chuté vers 15 et 10 respectivement ! Je n'en ai pas racheté car j'ai estimé que cela aurait représenté une part trop importante de mon portefeuille, et aussi par manque de liquidité. Puis CHK a restructuré sa dette, j'y ai participé en échangeant volontairement chacune de mes obligations contre 0,6 nouvelle obligation échéance 2022 et plus sécurisée. Après la remontée du pétrole, et des obligations, je les ai vendues ce mois avec des PV totales de 30 et 15 % environ, (cf. ci-dessous). Pour ces opérations, je tiens à remercier Boris et Reinanto54 pour l’idée de départ et Jef56 qui m’a été essentiel pour vendre les obligations. Que faut-il conclure de tout ça, qu'y a-t'il eu comme erreurs, malchances et réussite ? Tentons une liste :Continuer la lecture →

Print Friendly

petrus_favicon_lpl_couleur_rogne

5

Éviter la faillite des assurances-vie ?

by

Le Canard Enchaîné a publié, ces derniers temps, quelques articles économico-financiers qui m'ont interpellé. Comme ils peuvent avoir, de surcroît, un intérêt pédagogique, j'ai eu envie de vous en présenter quelques-uns. Voici le premier, extrait du Canard Enchaîné du 14 septembre 2016.

On y apprend qu'en cas de crise, les détenteurs d'assurance-vie pourraient être empêchés de mouvement sur ces supports. La durée maximale d'une telle mesure n'est pas indiquée : si c'est l'affaire de quelques jours, rien de problématique, mais une crise obligataire peut durer bien plus longtemps. Les détenteurs d'assurance-vie pourraient-ils être coincés plusieurs années ? Mystère...

Quoiqu'il en soit la question de la sortie des taux bas est bien réelle. On peut facilement imaginer une crise obligataire, moins bien comment en sortir.

Bonne lecture.

20160923143930927-copie-1Continuer la lecture →

Print Friendly

petrus_favicon_lpl_couleur_rogne

0

Psychologie de l'épargnant

by

50_experiences

50 petites expériences en psychologie de l'épargnant et de l'investisseur, pour mieux réussir tous vos placements, par Mickaël Mangot.

L'auteur de ce livre de 200 pages est docteur en économie, spécialité finance comportementale et psychologie des marchés financiers. Il est enseignant à l'ESSEC et consultant en finance comportementale. Il est donc très bien placé pour écrire cet ouvrage.

Il décrit, un par un, 57 traits psychologiques des investisseurs dont la plupart sont des biais comportementaux. Mickaël Mangot connaît bien les recherches dans ce domaine : chaque description s'appuie sur une expérience scientifique réalisée par des économistes.

L'intérêt du livre est de passer en revue beaucoup de biais, mais aussi d'être écrit simplement tout en s'appuyant sur l'économie expérimentale. L'ouvrage est ainsi destiné à tous.

Petit bémol, l'écriture n'est pas très légère ni drôle. Les titres de rubriques eux le sont pourtant. Bien qu'il soit intéressant, je ne me suis donc pas spécialement régalé en lisant ce livre, et plutôt que tout lire j'ai préféré picorer dans les rubriques qui m'intriguaient le plus.

Comme la rubrique 51, "pourquoi faut-il demander un prix exorbitant quand on vend sa maison ?". Question que je me suis souvent posée... J'ai aussi reconnu pas mal de mes biais. Comme le 28, "pourquoi ne rachetez-vous jamais les titres sur lesquels vous avez perdu de l'argent ?". Plus jamais de Crédit Agricole pour moi ! :-)

Un livre pour se détendre mais aussi pour apprendre et se remettre en question. Pour vous en donner un avant-goût, je vous copie le sommaire détaillé.

Dunod, 2007.
Prix : 18,5 euros à l'origine, mais l'ouvrage est épuisé, il vous faudra le trouver d'occasion.

Sommaire détaillé
Avant-proposContinuer la lecture →

Print Friendly

petrus_favicon_lpl_couleur_rogne

11

Reporting juillet-août 2016

by

magnard_par_besnardOn a tous en tête les histoires d'artistes pauvres et peu connus de leur vivant, puis célébrés et faisant la fortune des propriétaires de leurs oeuvres après la mort. Par essence, on connaît moins l'histoire inverse, dont Albert Besnard (1849-1934) est un représentant. Hyper connu à son époque, il eut tous les honneurs : prix de Rome, membre de l’Académie des Beaux-Arts et de l'Académie française, directeur de la Villa Médicis, directeur de l’Ecole des Beaux-Arts, et Grand-Croix de la Légion d’Honneur. Il fut même le premier peintre auquel le gouvernement de la République fit l’honneur de funérailles nationales. On a ici un portrait, dont l'expression est saisissante, de son ami Francis Magnard (1837-1894), alors rédacteur en chef du Figaro (on aperçoit au fond, quelqu'un emportant un paquet de journaux). A noter que la veuve de Magnard fit refaire le fond à droite en rouge, afin de donner plus de puissance au portrait, et que cela rendit Besnard furieux. La tableau a été restauré et le rouge enlevé pour l'exposition Besnard qui se déroule actuellement au palais Lumière d'Évian et qui sera transportée à Paris  pour y être visible au Petit Palais à partir du 25 octobre.

▣ Mouvements de portefeuille et nouvelles des sociétésContinuer la lecture →

Print Friendly

petrus_favicon_lpl_couleur_rogne

0

Actions ordinaires et profits extraordinaires

by

actions_ordinaires

Actions ordinaires et profits extraordinaires, par Philip Fisher, 1960.

L'été est propice aux lectures et à leurs compte-rendus. En voici déjà un.

Cet ouvrage est souvent décrit comme le premier best-seller sur l'investissement. La stratégie de Philip Fisher ne repose aucunement sur la valeur des actifs d'une société mais sur son potentiel de croissance. Ce grand investisseur est un des quelques-uns dont Warren Buffet a dit qu'il était un "lecteur assidu". Nous avons donc entre les mains un des grands ouvrages de l'investissement, comparable en renommée et en intérêt, à ceux de Graham ou de Lynch.

L'introduction, écrite par le fils même de l'auteur, investisseur lui-même, permet de mettre en exergue ce que sont à ses yeux les "deux joyaux" de l'ouvrage : la méthode des commérages et les quinze points à rechercher pour une action ordinaire. Kenneth Fisher, investisseur value, souligne également l'intérêt d'appliquer la méthode de son père à des investissements value et pas forcément de croissance. Il ne faut donc pas voir ce livre comme un pur guide d'investissement dans la croissance mais comme un ouvrage de méthodologie plus général, contenant des idées clés qui permettent de juger de la qualité d'une entreprise et de son potentiel de croissance des bénéfices.Continuer la lecture →

Print Friendly

petrus_favicon_lpl_couleur_rogne

9

Reporting juin 2016

by

vix_vxx_2ansIl parait qu'à cause du Brexit, la volatilité a grimpé. A ce propos, regardons le graphique ci-dessus : en bleu, l'indice VIX, sensé représenter la volatilité (elle-même sensée mesurer la "peur") des marchés US sur 2 ans, de mi-2013 à mi-2015. En rouge le VXX, un tracker sensé répliquer le VIX : alors que le VIX fait + 170 % en 2 ans, le VXX fait, lui, -55 %. Si vous étiez intéressé par ce produit, j'espère que ce graphe vous fera réfléchir.Continuer la lecture →

Print Friendly

petrus_favicon_lpl_couleur_rogne

6

Reporting avril-mai 2016

by

Corneille_de_Lyon_Dauphin_Henri

Continuons notre voyage avec Corneille de Lyon : voici le portrait du dauphin Henri, peint vers 1536 et conservé à la galerie Estense, à Modène. J'ai personnellement un faible pour ce vert. Mais venons-en à la bourse.

Après un mois de mars totalement plat, il y a eu quelques mouvements sur le portefeuille.

▣ Mouvements de portefeuille et nouvelles des sociétésContinuer la lecture →

Print Friendly

petrus_favicon_lpl_couleur_rogne

14

Reporting mars 2016

by

Corneille_de_Lyon_-_Jean_de_Bourbon-Vendôme_-_WGA05236Enfin !

Ce mois-ci, pour la première fois, il n'y aura pas de reporting. Mon intérêt pour la bourse (presque une passion, mais le terme serait un peu fort) a bien décru ces derniers temps. Je n'écoute presque plus BFM, mon but le soir n'est plus de lire des rapports annuels, je ne scrute plus les cours. J'espérais presque cette baisse d'intérêt, car je trouvais que cela ne m'apportait plus grand-chose d'autre que passer du temps devant mon ordi... La bourse, ce n'est pas tout à fait la vie réelle. C'est pour cela que je dis : enfin ! Enfin, je vais revenir à une vie plus normale.

Hasard ou pas, il n'y a eu au mois de mars aucun mouvement de portefeuille. Je vais peut-être vraiment pouvoir investir à long terme. Au sens de : "sans m'occuper de ça tous les jours". Le blog continuera, mais peut-être plus avec un reporting par mois. Nous verrons.Continuer la lecture →

Print Friendly

petrus_favicon_lpl_couleur_rogne

2

Reporting février 2016

by

corneille_jeune_femmeSi j'ai envie de retenir une leçon de ces derniers mois, c'est une leçon maintes fois répétée et tellement connue. Mais on apprend mieux par l'expérience. En décembre puis janvier j'ai acheté des obligations Chesapeake et Vanguard. Pourquoi était-ce une erreur ? Tout simplement car j'ai investi une somme non négligeable (5-6 % du portefeuille) alors que je n'y connaissais rien : j'ai investi après avoir lu quelques paragraphes sur des forums, attiré par les rendements incroyables de ces obligations. Après avoir passé un temps non négligeable sur Thalassa Holdings, j'ai préféré investir plus d'argent sur des sociétés dont je ne connaissais rien. Comprenant mon erreur, j'ai revendu une partie des obligations, les dernières que je venais d'acheter. Que s'est-il d'ailleurs passé sur le cours de mes pétrolières depuis un an ? Et bien, celles que je n'ai pas analysées moi-même ont bu le bouillon (-75 % sur les obligations VNR et CHK, -90 % sur CGG), celles que j'avais analysées (Thalassa, Spitfire, GED) n'ont guère bougé depuis un an. Investir sur ce que l'on connait est bien plus sûr, combien de fois faudra-t-il le répéter ? Et quand on s'aventure sur d'autres routes : investir modérément en attendant d'avoir acquis de l'expérience.Continuer la lecture →

Print Friendly

petrus_favicon_lpl_couleur_rogne

12

Peter Lynch : Battre Wall Street

by

lynch_battre_wall_street"Battre Wall Street" ("Beating the Street" dans sa version US) est le second livre de Lynch traduit en français, après le fameux "Et si vous en saviez assez pour gagner en bourse". Le traducteur en est Antoine Dublanc, gérant de Valor Editions.

La préface laisse présager du bon Lynch. Il explique de façon efficace mais humoristique pourquoi à 46 ans il a quitté son travail chez Magellan. "Je me rappelais que mon père était mort à 46 ans. D'un seul coup vous vous sentez mortel quand vous réalisez que vous êtes plus vieux que vos parents lorsqu'ils ont disparu. Vous vous rendez soudain compte que votre existence n'est peut-être plus bien longue, et qu'un fois que vous serez mort ce sera pour longtemps. C'est là que vous regrettez de ne pas avoir partagé plus de jeux avec vos enfants, plus de sorties au ski et plus d'après-midis au stade à les voir jouer au foot. Et vous vous rappelez que personne n'a jamais dit sur son lit de mort 'je regrette de ne pas avoir passé plus de temps au bureau'." La suite de l'ouvrage se partage essentiellement entre une première partie autobiographie de Lynch chez Magellan et une deuxième partie de description de valeurs qu'il a analysées.Continuer la lecture →

Print Friendly

petrus_favicon_lpl_couleur_rogne

0

HighCo, de la croissance à BFR négatif

by

Après l'analyse de Xilam, voici celle d'une autre société qui sort du cadre deep value, une société de croissance, HighCo. Et surtout, nouveauté, nous avons un invité : après avoir déniché et analysé cette société fort intéressante, Geronimo a accepté de publier un article commun. Geronimo est un participant actif, et que je considère comme l'un des meilleurs, du forum de l'IH. Aussi est-ce un honneur de le recevoir sur ce blog. 

highco

Présentation de la société

HighCo est un groupe de publicité et de communication spécialisé dans l’influence du comportement du consommateur. Il est présent dans 15 pays avec environ 800 collaborateurs. Une grosse partie de l’activité se fait toutefois en France (60 % environ).

Après quelques années difficiles, l’horizon s’éclaircit : la croissance semble être bien revenue (9 trimestres consécutifs, +15 % par an). Elle s’achète aujourd’hui à un EV/FCF correct, qui pourrait ouvrir une opportunité d’achat intéressante en cas de baisse ou de bons résultats.Continuer la lecture →

Print Friendly
21

Reporting janvier 2016

by

Corneille-de-Lyon_Pierre-Aymeric_1200pxContinuons notre voyage à travers l'oeuvre de Corneille de Lyon avec cette fois un portrait dont le sujet est identifié, Pierre Aymeric (1534). Il s'agit d'une oeuvre de référence pour identifier les autres tableaux du peintre : l'inscription au dos prouve en effet qu'il s'agit bien d'un Corneille de Lyon. Vous pourrez admirer cette huile sur bois au musée du Louvre une fois qu'elle sera revenue de son exposition à Lyon.

Ce mois encore, l'art nous aide à supporter la performance du portefeuille : - 7,3 %. 

▣ Mouvements de portefeuille et nouvelles des sociétésContinuer la lecture →

Print Friendly

petrus_favicon_lpl_couleur_rogne

2

Sears, pour arbitragiste II

by

peseuse_moi_recadreDans un précédent article, Sears, pour arbitragiste en herbe, j'avais longuement disserté sur l'arbitrage entre l'obligation, le warrant et l'action de Sears Holdings.

Cet article est une mise à jour des tableaux d'arbitrage entre warrant et action.

A l'époque, j'avais vendu tous mes warrants à 22 $ pour acheter des actions à 32 $. Depuis la parution de l'article, les actions comme les warrants ont bien baissé et aujourd'hui le warrant m'apparaît plus intéressant. D'autre part, j'ai fait plusieurs mises à jour dans mon fichier de calcul des plus values des actions vs. les warrants :

  • j'ai retranché la CSG (15,5 %),
  • le strike du warrant a été ajusté,
  • j'ai corrigé une erreur de calcul dans une des colonnes.

Les tableaux donnent les gains potentiels d'un warrant comparativement à une action, imposition comprise. Les gains sont exprimés en facteur multiplicatif (= prix de vente moins imposition, divisé par le prix d'achat), en fonction du prix de l'action SHLD le jour de la vente. Pour une vente avant fin 2019 (5 ans), on suppose que le prix de vente du warrant est égal au prix de l'action moins le strike.Continuer la lecture →

Print Friendly

petrus_favicon_lpl_couleur_rogne

1 2 3 4 5