2

Stratégies des meilleurs

by

Buffett, Soros, Icahn, Fonds souverains... Leçons de stratégie des meilleurs investisseurs, par Gérald Autier. Ce livre de 184 pages vient de sortir aux éditions Maxima.

L'auteur, conseillé en gestion de patrimoine, passe en revue un nombre important de stratégies d'investissement, essentiellement boursières. Il n'y a que quelques pages par stratégie, ce qui rend le livre facile à lire. D'autant que les chapitres sont indépendants, on peut ne lire que ceux qui nous intéressent.

Pour moi, certains chapitres ont un intérêt culturel, mais ont peu d'intérêt pour un particulier qui investit dans les actions : par exemple l'allocation stratégique (rééquilibrer son portefeuille en fonction du risque), le rééquilibrage (rééquilibrer en fonction d'un équilibre prédéterminé), la gestion indicielle (répliquer un indice), le global macro (anticiper l'évolution macro-économique mondiale)... . En général un portefeuille de particulier s'équilibre à peu près naturellement : mon portefeuille ne s'est jamais trouvé foncièrement déséquilibré bien que je n'ai jamais vraiment fait attention à cette composante. Pire, tenir compte d'une allocation prédéterminée me semble contre-productif. N'était-il pas malin, au contraire, d'acquérir plus de sociétés pétrolières qu'à l'accoutumée lorsque le baril était à 30 $ ? Et, inversement, je pense que n'importe quel investisseur sensé sait, et ceci sans faire de calcul d'allocation sur son portefeuille, qu'il ne doit pas mettre 100 % de son portefeuille dans les sociétés pétrolières, même quand le baril est à 30 $.

Par contre, des chapitres peuvent correspondre à des investissements faisables par des particuliers, comme l'investissement dans la croissance, l'acquisition d'entreprises en difficultés... Certains apportent même une vraie plus-value. Dans celui sur Warren Buffet, j'ai enfin pu connaître, en quelques pages, les critères utilisés par le maître, chose que je ne me rappelle pas avoir forcément vu dans des ouvrages entièrement consacrés à Buffet.

D'autres, enfin, sont plus discutables. Le chapitre sur l'event driven investing par exemple. Il présente cette stratégie d'un façon à la fois un peu complexe et un peu incomplète.

En conclusion, un bon livre culturel et introductif pour les tout débutant.

24,50 € TTC.

Table des matières

Introduction – À la poursuite de l’Alpha

I. La diversification – Bridgewater Associates, le plus grand hedge fund du monde
II. L’allocation stratégique d’actifs – David Swensen, le modèle de l’Université de Yale
III. Le rééquilibrage d’actifs – La stratégie du fonds souverain de Norvège
IV. Le « Buy and Hold » – La stratégie du fonds souverain du Qatar
V. La gestion indicielle – John Bogle, l’inventeur du fonds indiciel
VI. L’investissement dans la valeur – Warren Buffett, l’oracle d’Omaha
VII. L’investissement dans la croissance – Peter Lynch, le gérant aux résultats extraordinaires
VIII. L’investissement à l’étranger – John Templeton, le pionnier
IX. La vente à découvert – James Chanos, l’homme qui paria contre Enron
X. Long / Short Equity – Alfred W. Jones, l’inventeur des hedge funds
XI. Le suivi des tendances – Paul Tudor Jones, l’anticipation du lundi noir de 1987
XII. La stratégie contrarienne – John Paulson et le meilleur coup de tous les temps
XIII. Intégrer la possibilité d’événements hautement improbables – Le « cygne noir » de Nassim Taleb
XIV. L’event driven – Tom Steyer, l’analyse rigoureuse des fusions et acquisitions
XV. Le Carry Trade – Bruce Kovner, le précurseur du carry trade
XVI. L’arbitrage d’obligations convertibles – Ken Griffin, l’ascension fulgurante
XVII. La stratégie Global Macro – George Soros, l’homme qui a fait sauter la Banque d’Angleterre
XVIII. L’activisme – Carl Icahn, l’homme qui inquiète jusqu’aux grands patrons des multinationales
XIX. L’investissement dans le capital-risque – Peter Thiel, Paypal, LinkedIn et Facebook
XX. Le Leverage Buy-Out (LBO) – L’OPA de RJR Nabisco par le fonds de capital-investissement KKR
XXI. L’investissement immobilier – Sam Zell, l’homme qui danse sur les tombes
XXII. L’acquisition d’actifs en difficulté – David Tepper, le roi des acquisitions décotées

Conclusion
Classement de la fortune des investisseurs cités dans cet ouvrage
Glossaire
Remerciements
Bibliographie
Webographie

JL - 11 novembre 2017.

Print Friendly, PDF & Email

petrus_favicon_lpl_couleur_rogne

12

Reporting septembre-octobre 2017

by

Est-ce une oeuvre d'art ? Une rambarde, de plusieurs mètres de long, recouverte, il y a deux ans environ, d'un tricot multicolore, dans une des montées à Fourvière (Lyon). Voilà donc une oeuvre anonyme ayant demandé un certain temps de confection et offerte aux passants. J'adore. Les artistes ont d'ailleurs réitéré ce type d'oeuvre en recouvrant d'autres mobiliers urbains, comme des bancs. Je pense que cette rambarde est une des seules oeuvres qui restent aujourd'hui. Si vous voulez en savoir plus sur ce street art appelé Yarn Bombing, il reste leur site web.

▣ Mouvements de portefeuille et nouvelles des sociétés

  • Xilam. Encore un allègement de ma part, à 30,5 € (soit à 16 fois mon PRU). Il ne me reste que 5 % de ma position initiale, soit 1 % du portefeuille actuel. L’EBITDA du S1 est de 7,8 M€, je maintiens donc un possible 20 M€ sur l’année, donc un EV/EBITDA = 7,5 (avec un cours de 30 €). Ce n'est pas spécialement cher, mais toute amélioration suppose de la croissance, ce qui est fort possible, mais je préfère ne pas trop compter dessus. Quand on se sépare d'une valeur qui semble ne plus finir de monter c'est toujours avec un peu de regret, mais le process doit rester le plus rationnel possible : s'il n'y a plus assez de marge de sécurité, on vend.
  • SCBSM (Société Centrale des Bois et Scieries de la Manche). Achat de cette foncière à 7,14 € pour un ANR de liquidation à 10,45 €, pour 1 % du portefeuille. Voir l'article.
  • Corridor Resources. Achat à 0,60 CAD pour 1 % du portefeuille. Voir l'article.
  • Technicolor. Achat à 3,03 € pour 1 % du portefeuille. Voir peut-être le très court article à paraître.
  • Vente de deux daubasses. La première est une industrielle italienne dont la position sur le CTO était minuscule faute d'ordre entièrement exécuté (j'ai une autre position sur PEA). La deuxième est une société asiatique cotant au Nasdaq. Ces deux lignes étaient totalement négligeables (0,1 % du portefeuille chacune). Gain de environ +90 % et +10 % respectivement en 5 ans.
  • Destination maternity. Les nouvelles semblent meilleures que précédemment et le cours a doublé depuis ses plus bas, ce qui contribue à une petite remontée de mon compte Lynx.
  • Biolitec. Je m'intéresse très peu aux dividendes, c'est pourquoi je viens juste de m'apercevoir que j'ai reçu, en septembre, 5 € de dividendes par action. C'est une surprise alors que j'ai payé cette action 20 €, qu'elle cotait 10 € lors de son retrait de la cote, et que la société a proposé plusieurs fois de racheter ses actions à 15 €. C'est une position totalement négligeable de mon portefeuille.
  • Prodware a publié ses résultats semestriels le 18 octobre. Ils sont très bons et le titre a pris encore environ 8 % ce jour-là, après une montée d’environ 70 % ces derniers mois. C’est toujours une des premières positions de mon portefeuille avec 6 % du total. Il y a eu aussi des nouveaux achats d'actions de Conrard, le DGD, et des annulations d'actions : voir les mises à jour de l'article.
  • i2S : les résultats du S1 ne sont pas folichons. Le CA a baissé de 17 % ; il s’agirait d’un décalage de commande. Le résultat net est une perte de 670 k€ (vs. un gain de 200 k€ au S1 2016). La direction nous indique que « En dépit de tous les efforts déployés, il est fortement probable qu’i2S ne parvienne pas à combler au cours du 2nd semestre 2017, le retard pris sur le 1er semestre. Toutefois les dirigeants restent confiants sur les perspectives offertes sur ses 2 divisions ». Je conserve malgré tout car c'est toujours sous son prix.
  • Gaumont. Nicolas Seydoux va donner à Sidonie Seydoux ep. Dumas, et Pénélope Seydoux ep. Tavernier, ses actions Ciné Par, la société qui détient ses actions Gaumont. Cette donation sera associée à un engagement collectif de conservation d’une durée de 2 ans plus 4 ans, portant sur les actions Gaumont. Je ne sais pas ce que cet engagement recouvre exactement (notamment en cas d'OPA).
  • Thalassa a signalé l’exercice de 500 000 warrants, ce qui augmente de cette quantité le nombre d’actions en circulation. La vente de WGP n'étant pas (encore ?) conclue, Thalassa a décidé de relancer son programme de rachat d'actions. Et c'est quasiment chaque jour que nous avons des annonces de rachat : 70 000 actions à 90 p, puis 185 475 à 87,5 p, 50 000 à 88 p, 330 000 à 89 p. Soit, tout de même, 3 % du capital en quelques jours ! Avec les warrants exercés et ces nouveaux achats, le nombre d’actions à droit de vote est maintenant d'environ 20,74 M. Thalassa a revendu ses actions Papua Mining avec un gain de 15 % en un an. Cet investissement représentait toutefois une part très faible des actifs de THAL. 
  • Cofidur. Je vous avais annoncé la mauvaise santé d'Eolane, le principal concurrent de Cofidur, depuis un certain temps. L'entrée au capital d'un fonds d’investissement et la procédure de conciliation l'avaient confirmée. Ces dernières semaines, cela a maintenant été acté puisque qu'Eolane va fermer 3 usines (ce qui représente 260 salariés sur 3200). Rappelons que dans cette gamme de taille, dans le secteur de la sous-traitance électronique, Cofidur est la seule entreprise rentable. Ce qui prouve la qualité du management. Cofidur a d'ailleurs publié ses résultats semestriels, que j'ai résumés à la suite de l’article.
  • HF Company a acheté, avec sa trésorerie pléthorique, la société TOPAnnonces « un des cinq plus importants sites internet français de petites annonces généralistes ». Je ne sais pas si c'est une bonne idée ou non.

▣ Performance et gains

C'est un mouvement qui semble désormais perpétuel : le PEA monte encore et a passé depuis deux mois deux jolis seuils, les +50 % depuis le début de l’année (+ 50,03 % exactement) et les +300 % depuis 5 ans (+300,03 % exactement, soit +30 % annualisés). Routine aussi pour les deux CTO, en perte sur 2017 avec -3 % et -25 % (toujours Sears et Destination Maternity). La performance du portefeuille total est de +16 % sur 2017.

▣ Nouvelles du blog et autres

Sur le blog, j'ai publié quelques courts articles :

Je vous souhaite un bon mois de novembre.

JL - 30 octobre 2017.

NB. Pour cause de vacances les jours qui viennent, ce reporting sort le 30 octobre et non le 31, les performances données se réfèrent donc à cette date.

Print Friendly, PDF & Email

petrus_favicon_lpl_couleur_rogne

8

SCBSM, un nom qui plairait à Lynch

by

Voilà donc un joli nom d'entreprise : Société Centrale des Bois et Scieries de la Manche (ticker SCBSM ou CBSM). Il aurait plu à Lynch car celui-ci trouvait que les noms ridicules ou repoussants pouvaient parfois permettre de s'offrir des sociétés à bon prix, le nom étant une raison de plus pour que personne ne soit séduit par la société. Dans le cas qui nous occupe, la SCBSM ne s'occupe ni de bois, ni de scierie, et elle n'est absolument pas basée dans la Manche. Cette société est une foncière, ayant le statut de SIIC, une Société d'Investissement Immobilier Cotée, un type d'entreprise française propriétaire de bâtiments soumise à un régime fiscal particulier, et ne pouvant pas être logée dans un PEA.

Pour cette entreprise, ce sont les rachats d'actions qui m'ont mis la puce à l'oreille. D'une part, le fait que le programme de rachat d'actions est régulièrement mis en oeuvre par la société. Mais aussi par le fait que le PDG, Jacques Lacroix, rachète souvent des titres, par l'intermédiaire de ses deux sociétés, Crosswood et Broceliande. Les actionnaires principaux de SCBSM sont les suivants :

  • Dirigeants : 46 % (dont 33 % pour Crosswood).
  • La foncière Volta 20 %.
  • Theodor capital 5 %.
  • Auto-détention 5 %.
  • Flottant 24 %.

Le deuxième aspect intéressant est que l'ANR (Actif Net Réévalué) est largement supérieur au cours de bourse, même si celui-ci a déjà bien augmenté. Au 31 décembre 2016 (rapport semestriel), on a en effet les chiffres suivants :

  • ANR de reconstitution = 11,91 €,
  • ANR de liquidation = 10,45 €,
  • pour un cours d'achat de 7,14 €, soit un potentiel de +46 % sur l'ANR de liquidation.

Autre point positif, la société est profitable puisque l'ANR a augmenté de +50 % en 5 ans soit 8,4 %/an. Enfin, pour une foncière, l'endettement est maîtrisé puisqu'il représente  50 % des actifs.

Habituellement je n'achète pas de foncière, d'une part parce que je n'y connais rien, d'autre part parce que par essence le potentiel est limité (à l'ANR). Ici, il y avait plusieurs signaux conjugués, j'ai donc franchi le cap, un peu par curiosité et pour une petite partie du portefeuille : 1 %. Pas une grosse conviction donc, ni un gros potentiel, ce n'est ni Xilam ni Gaumont, mais une valeur qui semble assez tranquille pour placer les liquidités du compte-titres.

JL - 19 octobre 2017.

 

Print Friendly, PDF & Email

petrus_favicon_lpl_couleur_rogne

10

Corridor resources, pétrole et gaz bon marché

by

Ce n'est pas la première fois ni peut-être la dernière : voici une société de pétrole et gaz qui semble bon marché. Et c'est un invité qui nous propose cette analyse. Merci AJE (Alea Jacta Est), participant actif et pertinent au forum de l'IH, de nous avoir déniché cette société intéressante, et surtout merci de publier l'article sur le blog. C'est une analyse rapide, dont j'ai modifié quelques chiffres tout aussi rapidement, a vous d'en tenir compte.

Voici un article assez court sur une société rentable, sans dette, cotant quasiment à son cash net : il s’agit de Corridor Ressources.

Corridor Ressources est une petite société de pétrole et de gaz (O&G) de l’Est du Canada (dans tout cet article les $ sont des dollars canadiens, CAD). En pratique, il s’agit surtout de gaz, dans une région géographique « de niche », loin des pipelines de l’Alberta, et où la demande en gaz en hiver est forte, et difficilement couverte par la production locale.

Mais ce n’est pas pour ça que la société est intéressante du point de vue de l'investisseur value.

Continuer la lecture →

Print Friendly, PDF & Email

petrus_favicon_lpl_couleur_rogne

20

Reporting juillet-août 2017

by

Voici la grande salle de restaurant de 1ère classe du Normandie que j'ai prise en photo récemment. Mis en service en 1935, ce paquebot, considéré comme un des plus luxueux de l'histoire, navigue peu de temps puisque la Seconde Guerre interrompt son service, puis à la suite d'un incendie pendant des travaux, il chavire en 1942 et il est démonté en 1946. Ce n'est donc pas la salle du Normandie elle-même que j'ai photographiée mais une réplique d'environ... 20 cm de côté. Il s'agit d'une réalisation de Dan Ohlmann, exposée dans le musée qu'il a fondé, celui des miniatures et décors de cinéma, dans le quartier du vieux Lyon. Ce musée privé est l'oeuvre de ce passionné ; je pense qu'il vaut bien un petit détour. Vous y verrez des miniatures extrêmement réalistes ainsi que des décors et objets de cinéma que vous avez aperçus dans des films.

Continuer la lecture →

Print Friendly, PDF & Email

petrus_favicon_lpl_couleur_rogne

1

Une taxe étrange

by

Voici encore un "divertissement de vacances" issu du journal Investir (29 juillet 2017).

Une des premières mesures du gouvernement Hollande était complètement abracadabrante. La taxe sur les transactions financières (TTF) telle qu'elle a été adoptée a l'effet totalement opposé au but fixé par ses promoteurs : elle aurait dû taxer les spéculateurs en épargnant les investisseurs, elle fait le contraire. Certains ont vu dans cette absurdité le poids du lobby bancaire en France. Probable. En tout cas, le cumul de telles bourdes incompréhensibles peut suffire en soit à expliquer l'abyssale déroute de Hollande et du PS. Pour la taxe elle-même, je n'ai pas besoin d'ajouter quelque chose à cet article, il explique bien la situation.

Continuer la lecture →

Print Friendly, PDF & Email

petrus_favicon_lpl_couleur_rogne

15

CAC40 : c'est le jour et la nuit

by

L'été est le temps de lire des gros livres (voir mon article précédent sur Security Analysis) mais est aussi celui des divertissements.

Un article du journal Investir du 22 juillet 2017 m'a surpris. Le journaliste a décidé de décomposer la performance du CAC40 en 2 : un partie dite de jour, prenant l'évolution de l'indice entre le fixing du matin et celui du soir, une autre partie de nuit, prenant l'évolution entre le fixing du soir et celui du matin. On pourrait s'attendre à ce que les deux courbes soient corrélées, mais non. Non seulement elles ne le sont pas, mais leur différence est impressionnante : sur la figure ci-dessous on voit que le CAC nuit a été multiplié par 5 depuis le 1er janvier 2000 (17,464 ans) alors que le CAC jour a été divisé par 6 ! (ainsi le CAC global a eu une performance quasi nulle).Continuer la lecture →

Print Friendly, PDF & Email

petrus_favicon_lpl_couleur_rogne

4

Security Analysis, de Graham et Dodd

by

Les vacances sont comme d'habitude propices à la lecture.

Security Analysis, de Graham et Dodd, est La bible de l'investissement boursier, sûrement l'ouvrage financier le plus vendu au monde. Un monument qu'il faut absolument avoir lu, ou au moins parcouru, avec L'investisseur intelligent, de Graham.

Ben Graham, professeur de finance à l'université de Columbia (New-York), est considéré comme le père de l’analyse financière et de l’investissement dans la valeur. Investisseur professionnel à New York, il a enseigné à l’université de Columbia. Il a été le mentor de Warren Buffett, et le conseiller de présidents américains. Francophile, il est mort à Aix-en-Provence en 1976. David Dodd a été étudiant puis collègue de Graham à Columbia et est un des grands théoriciens de l'investissement boursier.

Continuer la lecture →

Print Friendly, PDF & Email

petrus_favicon_lpl_couleur_rogne

21

Reporting mai-juin 2017, cinq ans de portefeuille !

by

Voilà un lustre exactement qu'a débuté mon portefeuille, début juillet 2012 ! Tout d'abord avec un PEA et un CTO chez Binck et plus tard en ajoutant un CTO chez Lynx.

Pour fêter cet anniversaire, voici un tableau qui me plait beaucoup. Je l'ai découvert au Louvre lors de l'exposition Vermeer, avec qui il y a manifestement une franche proximité. Il s'agit du Jeune homme écrivant une lettre (v. 1664-66) de Gabriel Metsu (1629-1667), maître de l'époque baroque flamande, spécialiste des portraits et des scènes de genre.

OST en pagaille

Durant ces deux derniers mois, nous avons vu des OST (opérations sur titres) en pagaille sur la bourse de Paris : OPA, OPAS, OPRA, etc. Notamment sur des actions dont j'étais ou j'avais été propriétaire :Continuer la lecture →

Print Friendly, PDF & Email

petrus_favicon_lpl_couleur_rogne

29

Gaumont, encore du cinéma décoté

by

Malgré le temps qui passe depuis la crise des subprimes, malgré la hausse des marchés, il reste encore des entreprises décotées sur la place parisienne. Et, selon moi, Gaumont en fait partie. Elle figure même en tête de liste.

Je remercie Franck des Daubasses, et des analystes anonymes, pour les apports très fructueux sur ce dossier.

▣ Gaumont

Faut-il présenter l’activité de Gaumont ? C’est un producteur français de films et séries très ancien (fondé en 1895 !). Il y a eu bien sûr Intouchables récemment, mais aussi beaucoup d’autres films moins connus. Il est dirigé depuis 1975 par Nicolas Seydoux puis sa fille.

En 1995, Marc du Pontavice a proposé à Gaumont de créer un nouveau département centré sur les métiers du dessin animé, des jeux vidéo et internet. Puis en 1999, Xilam a racheté à Gaumont les actifs de cette entité. Comme chez Xilam, les productions de films ne sont quasiment pas financées par Gaumont mais par un producteur délégué qui fournit un apport de coproduction pour un montant forfaitaire. Cela permet à Gaumont de limiter son risque financier.Continuer la lecture →

Print Friendly, PDF & Email

petrus_favicon_lpl_couleur_rogne

0

Les crises financières

by

les-crises-financieres-lacosteLes crises financières. Histoire, mécanismes et enjeux. Par Olivier Lacoste, diplômé de HEC, IEP et de l'ENA.

204 pages, editions Eyrolles, 10 €.

Voici un livre pédagogique, détaillé, et utile pour le débutant qui veut (presque) tout savoir sur les crises financières. Il y a trois parties :

  1. l'histoire des crises,
  2. les mécanismes des crises,
  3. des préventions possibles.

Chaque partie est traitée de façon simple et claire.

Pour qui veut connaître le B.A-BA des crises financières, je conseille cet ouvrage, dont la deuxième édition date de 2015. En plus, il n'est pas cher.

 

Sommaire complet :

  • Préambule - Les enjeux de la monnaie et de la finance
  • Le financement de l'économie souvent perturbé par les crises
    • Des tulipes à la crise de 1929
    • La seconde moitié du XXe siècle
    • Crise des "subprimes" et crise de l'euro
  • Les crises financières, pourquoi et comment
    • Genèse des crises
    • Contagions et propagations
  • Guérir et, de préférence, prévenir
    • Limiter l'effet des crises
    • Prévenir les crises
    • Epilogue - Crises financières et démocratie

JL - 9 mai 2017.

Print Friendly, PDF & Email

petrus_favicon_lpl_couleur_rogne

9

Reporting mars-avril 2017

by

Les vacances de Pâques (et le long congé boursier qui va avec) sont une bonne occasion de revoir les châteaux de la Loire. Les visites guidées nous remettent en tête l'histoire de France, illustrée ici par   La mort de Léonard de Vinci, peinte en 1818 par Ingres. Même s'il est acquis que cette scène, de François Ier (1494-1547) assistant aux derniers soupirs du savant, n'a jamais existé en réalité, elle nous rappelle la proximité entre les deux illustres personnages. En 2014, j'avais eu la chance d'admirer ce tableau prêté au musée des beaux-arts de Lyon dans le cadre de l'exposition L'invention du Passé. Une visite au Clos Lucé, dernière demeure de Léonard de Vinci (1542-1519), m'a fait ressortir cette peinture de mes fichiers d'oeuvres préférées.

Continuer la lecture →

Print Friendly, PDF & Email

petrus_favicon_lpl_couleur_rogne

9

Reporting janvier-février 2017

by

City Sun Eater In The River of Light

En ce début d'année 2017, la diminution du nombre de lignes du portefeuille est toujours en cours. La performance globale du portefeuille est de +5,10 % depuis le 1er janvier.

▣ Mouvements de portefeuille et nouvelles des sociétés

  • Genworth. Nouvel achat d'options (voir reporting de décembre 2016 pour le début de l'histoire), cette fois d'échéance janvier 2019 et de strike 4 $, au prix de 0,75. Rappelons que l'OPA est proposée à 5,43 $. Si elle a bien lieu c'est donc un +80 % qui nous attend.
  • Quadrige C. Ce fonds commun axé sur les PME françaises innovantes fermait ses souscriptions le 10 février 2017. Certes, il n'y a pas beaucoup de recul, mais sa performance est pour l'instant époustouflante : +130 % de juillet 2013 à décembre 2016 soit +27 % annualisés. Étant donné que c'est aussi ma performance sur PEA, j'en ai pris une part significative de mon portefeuille (5 %). Cela me fera toujours ça de moins à gérer et fera office de diversification. Je regrette de n'avoir pas pensé à remettre en service ma newsletter pour informer les abonnés de cette fermeture de fonds, cela s'est fait trop rapidement.
  • Une daubasse britannique en investissement immobilier est en cours de liquidation volontaire et rembourse petit à petit les actionnaires sous la forme d'un rachat obligatoire. Lors du dernier gros remboursement (40 % des actions), le cours de bourse était 10 % sous le cash retourné (= à la NAV). J'ai donc doublé ma position, histoire de gagner 10 % en quelques jours.
  • Ymagis. Pas mal de FCF pour cette boite, même si une partie des opérations s'arrêtera dans quelques années du fait de la réglementation. Mon analyse du titre est assez sommaire. Petit achat pour 2 % du portefeuille.
  • Xilam. La fièvre sur Xilam s'est poursuivie au début de l'année jusqu'à plus de 14 €. Ayant déterminé une valeur de renouvellement à 15, € j'ai décidé de garder au moins jusque-là. En vue de l'objectif, je procède à un tout petit allègement psychologique (1/8e de la position) quasiment au plus haut : 14,20 €. L'idée est de ne pas regretter, et de pouvoir renforcer, en cas de forte baisse. Le CA 2016 a ensuite été publié et est très bon, de même que les perspectives. J'ai décidé de racheter mon 1/8e vendu, au prix de 12,3 €. Au niveau du blog, je trouve amusant que la page Xilam ne soit pas autant vue qu'on pourrait le penser après un x 7 en un an. Celle de Prodware est beaucoup plus vue. Je ne sais pas pourquoi...
  • ETAM. Allègement à 28 € puis 32 €. Je ferai le bilan quand j'aurai tout vendu... Disons déjà que j'habite devant deux magasins ETAM à l'hyper-centre d'une grande ville et il n'y a vraiment pas grand monde à l'intérieur, souvent plus de salariés que de visiteurs.
  • Une daubasse d'Asie du sud-est cotée à NY, vendue. Je voulais acheter DEST. MV = - 10 % en 3,5 ans.
  • Destination maternity corp (DEST). Achat pour environ 5 % du portefeuille au prix de 5,28 $. Cela revient à acheter Orchestra Premaman (KAZI) à 9,73 € lorsque la fusion aura eu lieu (voir reporting de décembre 2016). Quand elle sera réalisée, il suffira de vendre les titres DEST (certificats cotés aux US) sur mon CTO et d'acheter les actions KAZI sur mon PEA.
  • Signaux Girod. Vente. La position, achetée au début du portefeuille, était devenue totalement négligeable. Je préfère avoir moins de lignes. PV = +10 % en 4,5 ans.
  • Daubasse française active dans la production électrique à l'étranger. Idem. PV = + 20 % en 4,5 ans et après un allègement à +50 % il y a quelques mois.
  • SIPH. Idem. Vente à 63,99 €. MV = -1,5 % en quelques années.
  • CVR Sanofi-Genzyme.  Idem. Une ex position de l'IF. MV = -20 % en devises en 3 ans.
  • Daubasse et aurifère canadienne. Les Daubasses l’ont vendue, estimant la valeur inférieure au cours de bourse. Sur les différents allègements, la PV a été d’environ 0 %, 100 % et 200 % en environ 2 ans.
  • Toyota Caetano. Allègement à 1,24 €. J'ai fini par me dire qu'une bonne partie du cash gagné part dans les dividendes un peu trop taxés. Le but est aussi de dégager du cash pour acheter d'autres choses en vue. PV = +55 % en 3 ans sans compter les dividendes. Je n'exclus pas de revenir s'il y a moyen de faire des aller-retours sur cette action.
  • Global Energy Devlopment a acheté deux sociétés de bateaux pour l'industrie pétrolière...  et change de nom pour devenir Nautilus Marine Services PLC. Suite à cette annonce, le cours de bourse a coulé. J'attends impatiemment le prochain rapport pour pouvoir analyser le bilan suite à cette nouvelle situation.
  • Thalassa a encore racheté des actions propres. Le cours de bourse a bien progressé, passant de 40 à 65 p.
  • Gaumont. Elle était en tête de ma watchlist depuis un certain temps, et avec Franck, nous avions prévu d'en écrire une analyse bientôt. Patatras, Gaumont va vendre à Pathé cinémas la participation qu'elle avait dans cette entreprise et va en profiter pour lancer une OPRA sur ses actions au prix unitaire de 75 €, soit une prime de 30 % par rapport au dernier cours coté. J'ai manqué l'affaire à quelques mois près.

Continuer la lecture →

Print Friendly, PDF & Email

petrus_favicon_lpl_couleur_rogne

3

Les obligations ; leurs caractéristiques principales

by

revolution

Cet article a pour but d'expliquer les caractéristiques principales des obligations (d'entreprises ou d'État). Ceci afin, 1. de pouvoir investir sur ces valeurs, 2. de pouvoir comprendre le monde qui nous entoure, par exemple l'article du Canard Enchainé reproduit à la fin.

 Caractéristiques des obligations

Une obligation est, selon Wikipédia, une "valeur mobilière qui constitue une créance sur son émetteur, elle est donc représentative d'une dette financière à moyen, long terme".

Une obligation a un certain nombre de caractéristiques qui vont nous intéresser :

  • Le prix de remboursement à l'échéance, nous le noterons E,
  • Le prix de l'obligation P sur le marché à un instant,
  • Le nombre d'années N jusqu'à la date d'échéance (ou maturité),
  • Le coupon c,
  • Le rendement à échéance t ("taux").

Continuer la lecture →

Print Friendly, PDF & Email

petrus_favicon_lpl_couleur_rogne

3

En Bourse investissez dans la valeur !

by

eveillard

En voyant un nouvel ouvrage en français sur l'investissement dans la valeur dans les rayonnages de mon libraire préféré, je me suis précipité vers les caisses avec le livre en question.

D'après la présentation de Valor Editions, l'auteur, né en 1940, est diplômé de HEC, puis a commencé sa carrière à la Société Générale à Paris en 1962 et a été nommé au bureau de la banque à New York en 1968. Deux ans plus tard, il est analyste pour le Sogen International Fund. En 1979, il est nommé au poste de gérant de portefeuille pour le fonds qui deviendra plus tard le First Eagle Global Fund. Il dirige ensuite le First Eagle Overseas et le First Eagle Gold Fund. Il est reconnu pour ses performances exceptionnelles à la tête de ces fonds.

Si Jean-Marie Eveillard a peut-être eu d'exceptionnelles performances en tant que gestionnaire, cela ne lui donne malheureusement pas le talent de conteur de Peter Lynch. On a pourtant l'impression que ce livre parle bien d'investissement, et même d'investissement dans la valeur. Il nous en donne quelques recettes habituelles. Mais la plupart du temps il se perd dans des détails sans importance. Souvent l'auteur nous raconte sa vie. Plutôt que nous parler d'investissement il nous parle de compagnons ou d'investisseurs que nous ne connaissons pas et ne connaîtrons jamais.Continuer la lecture →

Print Friendly, PDF & Email

petrus_favicon_lpl_couleur_rogne

1 2 3 4 5 6 7