Jérôme Leivrek

Dans la vie réelle, j'aime chiner dans les vide-greniers. Je peux par exemple y trouver un lustre qui me plaît pour une dizaine d'euros. Non seulement celui-ci sera absolument unique mais je l'aurai eu pour beaucoup moins cher que dans le magasin de MrToutlemonde.

Ma philosophie d'investissement en bourse est à peu près la même. J'aime fureter à la recherche de la bonne affaire : pas chère et avec des qualités intrinsèques. Une bonne affaire dont MrLemarché veut se débarrasser mais à laquelle je reconnais des qualités. Des qualités telles que cette bonne affaire traversera les âges sans perdre de valeur. Avec en prime, dans les deux cas, un plaisir de chercher aussi grand que celui de trouver.

La valeur qui me parle le plus est patrimoniale parce qu'elle est la plus facile à estimer, du moins pour un débutant comme moi. J'achète donc des sociétés qui cotent nettement sous leur valeur d'actifs net tangibles en évitant les endettements trop importants. C'est encore mieux quand les actifs sont courants (les "net-net"). Je peux donc être défini comme un investisseur deep value. Cette façon d'investir me correspond parce qu'elle est rationnelle et parce que son efficacité a été étudiée. Je peux donc avoir le sentiment de ne pas investir à l'aveuglette et avoir confiance dans mon placement.

Hormis pour mon appartement, quasiment l'intégralité de mon épargne est investie en actions.

Ben Gramah

Ben est le compagnon de Jérôme dans cette aventure du blog. C'est la main invisible qui corrige tous les articles et lui pose parfois des questions sur les sociétés qu'il a en portefeuille.

Print Friendly, PDF & Email

petrus_favicon_lpl_couleur_rogne