9

Reporting août-décembre 2021

6 janvier 2022 by


L’année du blog a été chiche en publications : 2021 avait bien commencé avec des articles sur UFF, Quadient et Malteries, puis plus rien à part un reporting à mi-année. Plusieurs raisons à cela. J’ai accentué mon implication dans mon travail salarié, avec des projets encore plus passionnants que d’habitude. Puis, après 9 ans à lire des bilans d’entreprise, j’ai eu une baisse de motivation pour cette activité. Et enfin, quand je vois le CAC à 7000, et le cours de beaucoup de sociétés qui a doublé, triplé, voire plus, cela diminue ma motivation à lire des rapports, et j’essaye de ne plus rien acheter (même si c’est difficile, je l’avoue, d’ailleurs pas mal de mes achats en 2021 ont mené à des pertes). Le délire sur certains titres continue : la société Crypto Blockchain Industry (ALCBI) a été introduite fin octobre à la bourse de Paris, puis à fait x20 en 11 séances ! Ma philosophie actuellement est : faire du cash. D’autant que, ne l’oublions pas, tout mon patrimoine financier est en PEA et compte-titre, donc 25 % en cash représente un investissement à 75 % sur mon patrimoine financier.

D’un point de vue pratique, un des bouleversements de l’année a été le passage forcé de Binck, qui était un bon courtier (pas cher et assez compétent), à Saxo, qui s’est révélé, à l’unanimité, incompétent dans à peu près tous les domaines. On se demande bien comment ce genre de société peut avoir un agrément bancaire. Le pompon (en ce qui me concerne) a été atteint en novembre lorsque Saxo a décidé de ne plus accepter certains titres US dans les comptes de ses clients, et nous a sommé de les transférer ou de les abandonner sous un mois. Sinon, Saxo vendrait tout et supprimerait notre compte (et probablement annulerait de force nos titres délistés, ce qui assez fort de café). Transférer les titres seuls s’étant révélé assez ardu, j’ai décidé de transférer mes deux comptes, CTO et PEA, intégralement chez mon autre courtier, et par ailleurs ma banque historique, le Crédit Agricole. Comme, après deux semaines, rien ne se passait, j’ai fait un ticket chez Saxo, puis j’ai appelé. J’ai reçu un message me disant que mes lignes seraient transférées dans les jours qui viennent. Puis, comme la date fatidique approchait, j’ai envoyé un courrier recommandé de mise en demeure avec accusé de réception, et copie à l’AMF. C’est la seule chose à faire dans l’immédiat pour me permettre de poursuivre en justice si jamais ils annulaient abusivement mes titres. Je serai soulagé quand mes deux comptes seront au Crédit Agricole.

Nouvelles du portefeuille et des sociétés

Ce fût une année plutôt calme. En 2021, j’ai un peu joué des aller-retours sur les sociétés que j’avais en portefeuille. J’ai tout de même procédé à quelques ventes et achats :

  • Devoteam. Après un achat à 103 € et plusieurs aller-retours gagnants, la PV totale a été d’environ +30 % en quelques mois. Sur ce coup, j’avais suivi HMG et les dirigeants-fondateurs. J’aurais pu gagner plus : il y a eu une OPA à 168,50 € le 14 octobre 2021.
  • Media6. Il y a eu une OPA à 10,53 €. J’ai vendu, actant une PV = +30 % en 1,5 an.
  • Akwel. Renforcements autour de 22 € après avoir allégé au dessus de 30 €. Pour les prochaines années, l’automobile me semble être un thème porteur : depuis 2 ans, les ventes ont chuté, ce qui fait grimper en flèche le prix des voitures d’occasion. Il faudra bien que les humains rachètent des voitures, et le cycle automobile repartira.
  • Hipay. Renforcements autour de 12 ou 14 € et allègements entre 15 et 19 €.  Les aller-retours gagnants continuent. Après 3 ans d’allers-retours, je suis tout d’abord revenu à mon nombre de titres initial, en abaissant mon PRU de 13,6 à 7,8 €, puis j’ai continué à alléger afin de garder une pondération plus ou moins constante dans le portefeuille.
  • UFF. Je pensais que le rachat de la mère, AVIVA France, déclencherait une OPA sur UFF mais il n’en a rien été. La dérogation de déposer une OPA a été approuvée par l’AMF qui a considéré que UFF n’est pas un “actif stratégique” de AVIVA France. Vente avec une PV +15 % en quelques mois.
  • Malteries franco-belges. Même jour, même annonce que pour UFF, il n’y aura pas d’OPA sur MALT suite à la transaction sur Soufflet. Je sors aussi en PV : +13 % en 9 mois.
  • PCAS. Même punition : pas d’OPA. L’AMF accorde encore une dérogation à l’obligation d’OPA, plus étonnante encore que les deux précédentes dérogations… A la suite de cette annonce, le cours perd 50 %. C’est une de mes grosses pertes (latentes) cette année.
  • Cofidur. La fin de ma plus longue aventure en bourse. Cofidur a annoncé en milieu d’année que EMS Finance, le véhicule des ex-dirigeants actionnaires majoritaires, qui détient 49,5 % des actions Cofidur, a été cédé à une SAS détenue par les cadres opérationnels de Cofidur. Le lendemain, je vends la ligne à 364 €. Explications à la suite de l’article. J’avais acheté mes actions à 193 €. Avec les dividendes, on arrive à une plus-value de +122 % en 9 ans. C’est beaucoup moins que le PEA, mais beaucoup mieux que le livret A.
  • TXCOM. Allègements à 9 et 10 €. PV = +80 et 100 % en 2,5 ans.
  • Galaxie Bolloré. Vincent Bolloré a dit qu’il prendrait sa retraite en février 2022. La réorganisation attendue continue. J’ai acheté du Vivendi à un peu plus de 31 € et ai revendu UMG à un peu moins de 25 € après son détachement de Vivendi. Il me reste donc des Vivendi avec un PRU à 6,5 €. J’avais déjà des Odet acquis vers 700 €. J’ai renforcé à 1 280 €, et ai pris quelques Moncey à 8 000 €. On a appris ensuite que Bolloré était entré en négociation exclusive pour vendre ses activités logistiques en Afrique. Tout cela va dans le sens d’une simplification (et d’une revalorisation) de la galaxie.
  • Kumulus Vape. Copiant les amis, j’ai acheté (vers 14 €…) quelques actions de cette petite société française active dans le vapotage.
  • Boa concept. Idem, mais j’ai revendu quelques mois plus tard avec une PV de +15 %. J’ai préféré finalement faire du cash…
  • Explosifs et produits chimiques. J’ai tout revendu à 53 € parce qu’un énorme ordre de vente à 55 € était dans le carnet. Je me suis dit que le cours etait peut-être cappé pour un certain temps (ceci dit, l’ordre a été enlevé quelque temps après). PV = +15 % en 6 mois.
  • Daubasses. J’ai vendu les quelques daubasses qui me restaient sur compte titre afin de le transférer. Des aurifères en grosses pertes pour la plupart et pour une part devenue négligeable du portefeuille.
  • International Seaways Inc. Vendu. Je ne suis pas la société. Environ -30 % en 1 an.
  • Mes call sur Orange (un ticket de loto) ont expiré et la perte est de 100 %.
  • BD multimedia. Fin 2019, j’en avais fait une analyse succincte au cours de 2,6 €/action. Cette année, il y a eu un emballement sur le titre. La société a créé une filiale, Uniquire, active dans la blockchain… À 4,2 € le 11 octobre 2021, le titre est monté à 17 € puis redescendu à 4,6 en quelques jours, en novembre.
  • HF Company. La société a vendu ses actifs. En octobre, c’était donc une coquille vide qui décotait de 20 % sur sa trésorerie nette (27 M€ soit 8,6 €/action vs un cours de 7,2 €).

▣ Performance et gains

Après avoir nettement superformé l’an dernier, le portefeuille sousperforme en 2021  : +16,25 % (PEA), +15,62  % (CTO), +15,94  % (Global) alors que le CAC40 GR fait +31,75 %, le CAC Mid and Small NR : +18,6 %, et le CAC Small NR : +24,3 %. La performance est encore tirée vers le haut par Hipay, et vers le bas essentiellement par PCAS, Gaumont et Kumulus.

Pour la première année du portefeuille, j’ai une PV réalisée très importante en absolue sur le CTO et mes MV fiscales reportables arrivent à leur fin. Afin de reporter les impositions potentielles, j’ai décidé d’acter les MV latentes. Le CA a un outil très pratique pour cela : il fait les vendus/achetés (par téléphone). J’ai payé les frais de courtage, soit 0,1 %.  J’ai économisé ainsi 30 k€ de plus-values imposables cette année ! En plus, les 0,1 % sont pris sur un aller, pas sur l’aller et le retour. Il n’y a pas de spread appliqué, vente et achat se font au même cours.

Bilan détaillé :

 

Régulièrement, je donne les gains mensuels nets du portefeuille afin de me persuader que le travail fourni est rentable. Voilà ce que ça donne aujourd’hui :

▣ Composition du portefeuille

La composition du portefeuille au 31 décembre 2021 est supportée à 36 % par deux valeurs, à 31 % par les 6 valeurs suivantes et à 25 % par du cash :

Portefeuille global  
Hipay 20,87 %
Gaumont 14,57 %
Quadient 7,74 %
PCAS 5,96 %
Piscines Desjoyaux 4,79 %
Compagnie de l’Odet 4,21 %
Kumulus Vape 4,20 %
Moncey Financière 3,57 %
Akwel 2,46 %
PowerFilm Inc. – Délisté 1,62 %
TXCOM 1,42 %
Vivendi 1,15 %
Euronav 0,76 %
Daubasses (0 ligne) 0,00 %
Total titres (13 lignes) 74,49 %
Liquidités 25,51 %

 

L’oeuvre en tête de l’article est intitulée Rêve de fortune, et a été peinte dans les années 2010 par Ludovic Bottosso. Cet artiste a peint pendant une dizaine d’années des trompe-l’oeils contemporains de chevalet. Le sujet de ce tableau fait partie des Vanités, thème artistique qui est le sujet de la nouvelle exposition temporaire au Musée des Beaux Arts de Lyon, et que je vous conseille : À la mort, à la vie ! Vanités d’hier et d’aujourd’hui.

Je vous souhaite une très bonne année 2022.

PS. Aujourd’hui, jour de publication de l’article, mon PEA touche pour la première fois les +500 % (merci Hipay) ! Les liquidités sont actuellement de 20 % sur PEA.

JL – 6 janvier 2022.

Print Friendly, PDF & Email

petrus_favicon_lpl_couleur_rogne

9 Responses to Reporting août-décembre 2021

  1. François Cros

    Bravo pour la perf historique, dingue le PEA !! Et merci pour le partage des positions et des avis venus parfois d’une autre planète! (Il faudra bien que les humains rachètent des voitures, et le cycle automobile repartira.) ça me fait penser à une image du jour de l’an ça je sais pas pourquoi..

  2. Francis

    Bonjour et bonne année sur un site de qualité et

    merci pour l’info qu’au moins un courtier pratique l’acheté-vendu au même prix pour seulement 0.1% de l’aller. Degiro ne m’a rien permis de tout ça.

    Cordialement

  3. Bcksht

    Merci pour ce nouveau reporting et les idées d’investissement. Les avis sur Saxo font peur, mais les options pour quitter Saxo ne sont pas incroyables. Binck était le Lidl des courtiers, des prix bas, une plateforme ergonomique, un service client réactif. Difficile de retrouver le même service. Heureusement, le marché évolue vite et de nouveaux acteurs arrivent.
    Concernant la valorisation du CAC, c’est difficile d’avoir un avis. La faiblesse des taux d’intérêt reste un énorme facteur de soutien aux actions en 2022.

  4. Peakykarl

    Bravo pour cette performance.

    Sur Odet je suis sorti à tort après être entré à 550€.
    Je m’interroge sur rentrer à nouveau … Je trouve une valorisation de 4k€ + en me basant sur une revente des filiales africaines.

    Par contre pour Moncey le prix me décourage…

    Quels sont vos prix cibles pour les 2 ?

Répondre à Bcksht Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *